connaissance de la pêche et partage
 
AccueilPortailAller sur le siteS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Flash back session du 1er au 20 mars 2009

Aller en bas 
AuteurMessage
Dadou

avatar

Masculin Messages : 37
Date de naissance : 07/05/1971
Date d'inscription : 16/01/2012
Age : 47
Localisation : Meurthe & Moselle

MessageSujet: Flash back session du 1er au 20 mars 2009   Mar 17 Jan 2012 - 21:46

Depuis mon 1er essai (le week-end dernier), où j'ai essuyé un joli capot (ce qui est normal, avec une météo changeante), je dois avouer que mon moral en a pris un coup, mais il en faut plus pour me détourner de l'idée de prendre du poisson !

J'ai donc décidé de changer de tactique et de secteur, toujours dans cet étang. D'après mes observations lors de ces 2 jours d'essai, j'ai remarqué que gardons, rotengles et autres petits cyprins avaient tendance à se manifester sur certaines zones précises; maintenant, je devais réfléchir à une nouvelle approche pour trouver des carpes en activité ! L'eau est encore froide, et le choix d'un nouveau secteur est difficile; pour moi, si un capot se répète, c'est qu'il y a problème, et chaque problème a sa solution.

Après avoir méticuleusement réfléchi, je décide d'attaquer la nouvelle semaine sur un secteur plus profond, et beaucoup plus encombré. Je retourne sur le secteur où a débuté ma session de février (où je n'ai enregistré qu'un léger départ sans suite), mais je dois encore patienter 3 jours pour y pêcher les matins, car je reprends mes horaires de travail (du soir), mercredi ! En attendant, je dois entretenir le coup, mais différemment du 1er: par un amorçage lourd, espacé d'1 jour de repos.

Une fois de plus, je mise sur un amorçage de bordure, car je reste persuadé que les belles ne sont pas au centre du plan d'eau (idée fausse de certains carpistes du secteur, qui pensent que le poisson reste hors de portée, pour ne pas être dérangé)! L'eau est un élément où le moindre bruit est amplifié, et certains font partie de l'environnement de la carpe, très curieuse du monde qui l'entoure.

1er amorçage lundi,(toujours avec mon mélange de graines, pellets, et frolic). Vers 11 h (quand je suis sûr de ne voir personne autour des étangs, par ce temps pourri). On ne sait jamais; beaucoup de gens me connaissent, et si on me trouve là, ça veut dire qu'il y a du poisson ! C'est souvent comme cela que certains en profitent : une fois que la table est mise, ils pêchent sans gêne sur le coup amorcé par autrui (généralement, ce genre de pêcheur sait nager) !

2ème amorçage mercredi, à la même heure, mais celui-ci est plus conséquent, car je tenterai peut-être ma chance, jeudi matin (si tout va bien) !

Jeudi, 6 h : le réveil sonne et je m'arrache du lit tel un zombi. La nuit a été très courte (seulement 4 heures de sommeil), mais j'ai l'habitude; petite promenade autour du pâté de maisons avec mon labrador ( pour son pipi matinal ). Je constate qu'il n'y a pas un poil de vent et le ciel est bien dégagé, avec quelques petits nuages ici et là (mais rien d'affolant). Ma conscience me dicte que c'est un jour de pêche ! Après un café avalé rapidement, je demande à ma femme de me déposer à l'étang, et de revenir me chercher avant midi; 4 heures 30 de pêche devraient suffire, car je suis à plat !

6h30 : j'arrive sur mon poste où ma femme me fait remarquer un cormoran qui s'éloigne de mon coup amorcé. En regardant bien, l'onde en surface me fait penser à un saut, mais je suis sceptique (à cette heure, rats d'eau et piafs en tous genres tournent autour du secteur; c'est certainement l'un deux qui a provoqué ce genre de truc ) !

Pas le temps de réfléchir; je décharge le matos de la voiture (pour que ma femme puisse aller au boulot sans avoir à refaire la navette pour une petite chose oubliée).

7h : Tout est en place; canne et montages sur le coup, et je pique du nez sur mon siège , malgré le bruit sourd de la voie rapide derrière moi.

Un coup d'oeil pour voir si je suis seul autour des étangs (je le resterai tout au long de la matinée de pêche) ; (rares moments à savourer, surtout ici) ! Pendant que mon oeil droit se ferme, celui de gauche tente de rester ouvert; un petit bip se fait entendre sur ma canne de droite (placée à seulement 3-4 m du bord, à 30 m de moi, le long d'une grosse souche d'arbre). Là, je reste attentif, regarde les scions des cannes et surveille le moindre mouvement pouvant trahir la présence d'un poisson sur mon coup. 20 minute plus tard, mon détecteur se met à chanter (le son aigu que j'attends depuis longtemps), puis je regarde un moment la canne, où se vide mon moulinet; je reste bouche bée!

Enfin, voilà un départ; le 1er vrais départ de l'année ! Je suis aux anges comme un gosse (comme quoi, il ne me faut pas grand chose pour me rendre heureux) ! Je reprends mes esprits et prends contact-en-douceur avec le poisson. Pendant quelques minutes, je laisse toujours la carpe mener la danse; cela lui permet de se calmer un peu et elle est moins violente pour la suite !

Une fois dans l'épuisette, je suis encore plus heureux de constater qu'il s'agit d'une belle miroir aux couleurs encore hivernales ! Je la pose sur mon nouveau tapis de réception que j'inaugure . Verdict : 10,5 kg .





Superbe; aucune piqûre apparente (poisson vierge, rare dans ce genre de plan d'eau). Je la place dans un sac de conservation, car je ne peux pas me prendre en vidéo seul (j'ai oublié ma pique pour poser le numérique) ! Elle devra attendre l'arrivée de ma femme pour retrouver la liberté ! Je n'aime guère mettre les poissons en sac car ils ont largement le temps de récupérer, et lors de la séance-photos, cela devient assez dangereux; autant pour elle que pour nous ! Mais je n'ai pas le choix ! Je place une autre bouillette identique à celle que la carpe a goûtée (Monster-crab), puis relance plus ou moins au même endroit du départ.

7h35: (5 minutes après avoir sorti ma 1ère carpe de l'eau) : c'est au tour de la canne de gauche de se mettre en action ! Elle est eschée d'une bouillette Moule/crab, mais c'est une touche sans suite ! ou le poisson a simplement touché l'appât du bout des lèvres, ou il a touché le fil; seul lui le sait ! Mes yeux restent fixés sur mes scions qui dansent dans tous les sens : un banc de carpes est sur mon coup, et elles commencent leur curée; je croise les doigts !

8h25 : un départ lent se produit enfin sur ma canne de gauche ! Je reste assis; rien ne sert de courir ! Et j'observe la scène pour comprendre cette touche un peu bizarre; où le fil se tend et se détend plusieurs fois. Une tirée franche fait tomber mon écureuil et je regarde le fil qui recommence à se tendre et se détendre; le poisson chipote sur l'appât (j'en suis sûr, mais ne peux ferrer car j'ignore si l'hameçon est bien placé dans la bouche du poisson) ! Le fil se retend violemment; je me lève et ferre amplement car ce montage est placé hors du coup (beaucoup plus loin de celui-ci). 1ère décroche; le poisson n'était pas piqué (je le savais), il devait être beau, car un énorme remous apparaît en surface; dommage !

9h45 : nouveau départ, sur ma canne du milieu, eschée elle aussi d'une bille monster-crab, et placée entre la canne de bordure et celle de gauche (décalée hors secteur). Le poisson est parti comme une balle, et il est difficile de vouloir le freiner. La carpe se dirige droit sur un arbre mort couché dans l'eau; signe qu'elle connaît bien son secteur (encore un indice)! J'arrive (sans trop la forcer) à changer sa direction, puis, comme un chien qui revient à la charge, elle fait demi-tour pour revenir sur moi. Il me faut faire vite pour récupérer le fil qui se détend ! Le poisson est maintenant près de moi, et je ne peux pas encore l'apercevoir; il se fatigue tout seul en bordure !

J'en profite pour appeler ma femme pour lui annoncer la nouvelle (elle est contente pour moi, car j'ai passé beaucoup de temps et d'efforts pour avoir ma récompense; ça fait plaisir à entendre) ! Le poisson est maintenant plus docile, et se laisse glisser dans mon épuisette. Encore du lourd, mais ce coup-ci, une belle commune aux écailles de couleur argent, et un ventre bien rond ! Verdict : 11 kg (tout rond) ; super, et de 2 !






Je la place dans un autre sac de conservation, à côté de sa soeur qui reste toujours aussi calme. Mon objectif est atteint et j'en suis content ! Un coup d'oeil sur mon tapis de réception (où la commune était posée), pour, comme dit le beau-frère, une analyse caca. Je peux voir que ce poisson est venu plusieurs fois sur mon coup amorcé (sur mon 1er secteur, ou sur celui-ci) car elle a déjà digéré blé, chènevis et un peu de maïs, mais il n'y a aucune trace de pellets ni de bouillettes. Encore un indice sur leur alimentation du moment; elles préfèrent les petites graines aux gros appâts !

Je ne suis pas au bout de mes surprises, car 20 minute plus tard, ma canne de droite (celle de bordure) entre en action sur un départ digne d'une fusée ! Je prends contact en douceur sur un poisson qui se dirige aussi droit devant l'arbre mort; il me faut du doigté pour lui faire dévier de son chemin. Il se dirige maintenant vers les 2 autres montages, et traîne le montage du milieu avec lui. En étant seul, il est difficile de faire tout d'une main; c'est une question d'habitude et d'organisation ! Il faut tout de même 20 minutes pour mettre ce poisson (qui semble pas vilain non plus) dans l'épuisette, surtout que mes cannes sont toutes montées en corps de ligne 35/100° (histoire de souplesse); j'ai horreur des câbles pour la pêche au thon, où il n'y a aucun plaisir ni sensation (chacun a sa façon de penser)! Cette fois, une belle commune de couleur or vient se poser (comme un ange) sur mon tapis de réception ! L'ange ; je le deviens lorsque mon peson indique 17 kg et des poussières et je suis fou de joie !





Mes doigts se mettent à trembler. J'ai battu mon propre record sur cet étang (c'était une commune de 16 kg)! Je place mon bébé couleur or dans un autre sac de conservation (l'avantage d'en avoir 3 ou 4; on ne sait jamais : la preuve) ! Je téléphone à ma femme pour lui dire que j'en ai assez et je commence à plier bagage. Je suis comblé pour ce matin !

10 minute plus tard, elle arrive et me filme lors de la remise à l'eau des bébé, qui m'ont donné beaucoup d'émotion. Cela fait du bien de savoir que le poisson est en activité; signe que les températures vont changer maintenant !Je suis heureux d'avoir partagé cette remise à l'eau avec ma femme; maintenant, la machine est lancée ! Il me reste encore 7 jours pour conclure cette session qui avait difficilement commencé.

Conclusion de cette matinée : l'observation et la persévérance ont été le bon choix pour trouver et analyser la situation; le carpiste doit faire marcher ses cellules grises pour pouvoir sortir son épingle du jeu, avec un bon sens de l'eau, surtout.

Rester simple est souvent signe de réussite. Encore merci à ma femme pour son grand soutien lors de ce début de session !


[youtube]